Le programme d’éducation réduit les MST chez les filles afro-américaines

Les adolescentes américaines ont amélioré leur comportement pour éviter l’infection par le VIH et ont montré une certaine réduction des maladies sexuellement transmissibles (MST), une étude a montré (JAMA

2004; 292: 171-9 [PubMed]). L’étude randomisée 522 filles afro-américaines sexuellement expérimentées âgés de 14 à 18 ans à deux groupes. Le groupe d’intervention (n = 251) a assisté à des séances visant à promouvoir l’estime de soi, ainsi que des informations sur le VIH, les compétences en communication, l’utilisation du préservatif et les relations saines. même mentionner le VIH, les maladies sexuellement transmissibles ou le sexe. Le slogan du programme était: Soyez en sécurité pour vous, votre famille et votre communauté. ” Le groupe de comparaison (n = 271) a reçu des informations sur l’exercice et la nutrition. Ralph DiClemente, professeur de santé publique à l’École de santé publique Rollins et au Centre de recherche sur le sida de l’Université Emory, à Atlanta, a présenté ces résultats lors d’un briefing lors de la conférence sur le sida de cette semaine. Géorgie, a averti: Les adolescents émergent rapidement comme une population à haut risque d’infection par le VIH. Les adolescentes afro-américaines constituent un sous-groupe à risque particulièrement élevé, mais les interventions antérieures conçues pour cette population n’ont pas réussi à réduire les comportements associés au risque de VIH. Nous voulions instiller un sentiment de fierté chez les adolescents qui participaient à # x02014, leur faire savoir qu’ils sont importants. ” Les résultats à six mois ont montré que les filles participant au programme d’éducation sur le VIH montraient une utilisation cohérente des préservatifs , c’est-à-dire, en utilisant un préservatif lors de chaque épisode de rapports vaginaux dans les 30 jours précédents que le groupe de comparaison (75% vs 58%). Une plus grande proportion a également déclaré une utilisation régulière après 12 mois de suivi (73% contre 57%) L’utilisation régulière du préservatif était également plus élevée pendant toute la période de 12 mois (odds ratio ajusté, 2,01; intervalle de confiance 95% 1,28 à 3,17; 0,003). Le professeur DiClemente a ajouté: Les participants à l’intervention VIH étaient également plus susceptibles de déclarer avoir utilisé un préservatif la dernière fois qu’ils avaient eu des rapports sexuels vaginaux poux. &#X0201d Les filles participant au programme d’éducation VIH ont tendance à réduire leur grossesse (3,6% v 7.0 % à six mois, p = 0,04) et chlamydia confirmé en laboratoire.